Réussir la transformation numérique des entreprises
English Licence Creative Commons AttributionLicence Creative Commons Attribution
15marches

Le numérique : une solution pour la mobilité dans les pays émergents ?

À l’invitation de l’Agence Française de Développement, j’ai présenté ma vision des enjeux du numérique dans les pays émergents, en ciblant la question de la mobilité. Va-t-on vers un « bond en avant » de l’innovation dans ces pays grâce au mobile ? Que peuvent faire les institutions internationales comme l’AFD face à ces changements ?

Le numérique : une solution pour la mobilité dans les pays émergents ?

Le 28 janvier dernier j’ai été invité par l’Agence Française de Développement à faire une présentation sur les opportunités offertes par le numérique pour les transports dans les pays émergents. En compagnie de Nicolas Samsoen, directeur stratégie et innovation chez Transdev, Nicolas De Cordes, vice-président marketing et anticipation chez Orange, et initiateur du challenge Data4development en Afrique et Guillaume Josse, directeur Général de Groupe Huit, nous avons ensuite débattu sur ce thème.

Le support de cette présentation figure au bas de l’article.

La vidéo intégrale de ces présentations est accessible ici (la mienne commence minute 16)

 

blablacar indiaMon intervention a porté plus particulièrement sur les changements provoqués par les dernières applications comme Uber, Blablacar ou Didi Dache (Chine) en matière de solutions de déplacements. Contrairement aux pays “occidentaux” où ces solutions doivent trouver leur place au milieu d’opérateurs – et de règlementations – séculaires, les pays émergents peuvent tirer parti de ces solutions pour “sauter” les étapes de développement :

  • fédérer des offres existantes disparates et peu organisées, 
  • réserver, payer et dialoguer directement en ligne,
  • exploiter les données pour planifier et optimiser l’offre de déplacements,
  • passer directement à un usage de la voiture à la demande plutôt que d’en posséder une.

a16z smartphone 15marchesAvec internet, le GPS et le mobile, les cartes du développement sont soudainement rebattues, comme on a pu le constater avec le succès de solutions bancaires entièrement mobiles comme M-PESA. Le numérique pourrait permettre d’accéder directement à des solutions de mobilité souples, économes en capital, en infrastructures et en énergie plutôt que d’attendre d’hypothétiques investissements en infrastructures et l’équipement des ménages en voitures particulières. Ce “leapfrog” ou saut stratégique semble possible aujourd’hui grâce à l’équipement en smartphones des populations couplé au développement de services accessibles en ligne. En Afrique Subsaharienne, il y a plus d’utilisateurs de mobiles que de foyers ayant accès à l’électricité et à l’eau potable. 70% de la population sera équipée en 2020, soit des taux proches des pays développés il y a peu. smartphone commoditesL’exemple de la Chine avec l’explosion de services accessibles directement sur mobile montre le potentiel de ces solutions “sans infrastructures”, voire “sans opérateur”. De nouvelles ruptures technologiques pointent leur nez avec des véhicules sans conducteur, électriques et capable de transporter indifféremment voyageurs et marchandises. Alors que les services publics peinent à trouver des financements, le secteur des technologies liées à la mobilité est celui qui attire le plus d’investissements actuellement.Les autres intervenants ont souligné la vitesse à laquelle ces changements arrivent, et pas uniquement dans les pays développés (lire aussi ici). Les géants du numérique investissent massivement dans l’accès à internet des pays émergents comme l’Inde et l’Afrique. Cela laisse augurer la création de services urbains accessibles au plus grand nombre, d’autant plus que la régulation y est moins prégnante qu’ailleurs.google balloon

Cette évolution interroge évidemment les acteurs traditionnels comme Transdev pour le transport ou Orange pour les télécommunications. Elle interpelle également les institutions locales et internationales. Comment faut-il considérer ces nouvelles solutions : s’agit-il de transport public ou privé ? Individuel ou collectif ? Faut-il les favoriser ou les encadrer ? Les soutenir financièrement ou les freiner ? 

Voici mon support de présentation ci-dessous. 

Découvrez nos prestations de conférencier ici.